français | english

Tu as sans doute dû voir ce genre de comparatif sur LinkedIn et t’interroger sur les différents types de leadership. Car oui, au risque de casser le mythe, manager s’apprend ! Pour driver une équipe, tu dois avoir une vision bienveillante du management et posséder cette capacité à rassembler les gens autour d’un projet. Tu sais, cette force de persuasion qui donne envie aux autres de collaborer avec toi et de se surpasser pour atteindre les objectifs fixés. Motiver sans jamais ordonner, encourager sans jamais critiquer, conseiller sans jamais imposer… pour être un bon boss, tu dois suivre ces leitmotivs au risque de devenir un chef intransigeant. En effet, vos équipes risquent d’être moins performantes. Pour t’aider à y voir plus clair, voici quelques points de différenciation qui te permettront de toujours être un admirable leader !

Le chef intimide vs le leader inspire

  • Clés de la réussite : intelligence situationnelle & bienveillance.
  • Erreurs à ne pas commettre : condescendance & individualisme.

Le premier argument de différenciation entre le chef despotique et le leader bienveillant est, bien entendu, la démonstration de son autorité. Quand l’un souhaite régner en étant control freak, l’autre grandit avec ses équipes. Même s’il possède un certain pouvoir grâce à sa position hiérarchique, le leader met l’accent sur la prise d’initiative. Inspirant, le leader est ambitieux. C’est pourquoi il encourage la montée en compétence de chacun (lui-même compris !). Par ailleurs, il fait également preuve de reconnaissance envers ses collaborateurs, qui se sentent valorisés.

Le chef critique vs le leader encourage

  • Clés de la réussite : intelligence émotionnelle & dynamisme.
  • Erreurs à ne pas commettre : intransigeance & sévérité.

Le deuxième point qui différencie un chef d’un leader est sa manière de driver ses équipes. Un chef a tendance à surveiller les actes de chacun et à blâmer les erreurs de ses collègues. À l’opposé de la rigidité d’un chef, un leader est enclin au dialogue afin de comprendre les faux pas. Pour ne plus commettre d’impairs, il propose des solutions stratégiques et des méthodes d’organisation à ses collaborateurs. Cette ouverture d’esprit est l’une des clés du succès de son entreprise.

Le chef contrôle vs le leader délègue

  • Clés de la réussite : confiance & engagement.
  • Erreurs à ne pas commettre : control freak & psychorigidité.

Être chef résulte d’une position hiérarchique, tandis qu’être un leader montre la capacité d’un cadre à manager une équipe. Cette nuance met l’accent sur la troisième différence entre ces deux personnalités, à savoir l’attitude. Tout le monde peut être chef, mais il y a peu de personnes qui peuvent devenir un leader. Même s’il est hiérarchiquement plus haut que ses collaborateurs, le leader communique ses idées et donne envie à ses équipes de les mettre en place. En optant pour le soft management, il élimine toute négativité ou pression de son mode de fonctionnement. Un véritable plus pour la QVT (Qualité de Vie au Travail) !

Que retenir ? Tout simplement que les notions de chef et de leader sont bien distinctes ! À l’IFAG, nous t’accompagnons pour que tu deviennes LE leader de demain capable d’innover, de déléguer, d’écouter, de motiver… BREF, que tu deviennes un manager compétent qui permette à ses équipes d’être également des acteurs de leur entreprise et d’atteindre leurs objectifs !

Partagez cet article via :
Je continue à m'informer
Voir tout

Formulaire de contact Télécharger la brochure Inscriptions en ligne