Femme en entreprise : stop aux clichés 🙅 !

28.06.2023

La maternité et la vie maritale ne sont pas un facteur de compétences ! Et pourtant : combien de recruteurs posent encore la question aux candidatEs sur le fait d’avoir prochainement un enfant 🆘 ? Une femme de 20 à 40 ans (ces messieurs ne sont étrangement pas concernés par ce phénomène 🤷) se voit ainsi interrogée sur sa vie utérine malgré un Code du Travail qui explique très clairement que « les informations demandées au candidat à un emploi, sous quelque forme que ce soit, ne peuvent avoir comme finalité que d’apprécier sa capacité à occuper l’emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles. Ces informations doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l’emploi proposé ou avec l’évaluation des aptitudes professionnelles ».

S’il est vrai que les temps partiels sont occupés à 80 % par les femmes, que se passe-t-il lorsqu’une femme souhaite avoir un enfant ET poursuivre sa vie professionnelle ? Dans l’esprit collectif, on n’attend pas des hommes qu’ils mettent leur carrière entre parenthèses. Alors quid des femmes ? Eh bien les évolutions sont plus laborieuses : 42 % des cadres sont des femmes et 23 % occupent un poste de direction dans les entreprises de plus de 500 salariés selon le Laboratoire de l’Égalité.

Un homme confiant ? Il s’agit d’une qualité pour un leader, au caractère affirmé, qui force presque l’admiration 😍. 

Chez une femme, on perçoit ce trait de caractère bien différemment en le jugeant beaucoup plus sévèrement : elle est bien souvent traitée d’égoïste et de désagréable 🤦. 

L’autorité naturelle est ainsi encore généralement assimilée à une qualité masculine.

Les femmes sont faites pour prendre soin des autres (le côté maternel, of course) et pour le travail en équipe. Elles ont en effet de grandes capacités relationnelles et savent faire preuve de patience mais aussi de douceur (sans oublier qu’elles sont plus faibles que les hommes). Du coup, mieux vaut leur donner des missions sans grande importance et les aiguiller vers des professions qui leur correspondent (aide à la personne, secrétariat, etc.). 

👉 Les choix de filières doivent aujourd’hui se dégenrer pour mettre fin à ces stéréotypes

Les normes de beauté existent toujours. Elles sont même très exigeantes et les femmes sont durement jugées sur ce point. Rien d’étonnant alors à ce qu’elles doivent encore aujourd’hui consacrer plus de temps que les hommes à soigner leur apparence.

Il est par ailleurs également courant que les femmes soient traitées comme des subalternes de leur mari, où on leur demande par exemple la profession de leur conjoint (supposé que le travail de ce dernier est plus important). 

Cette liste est bien loin d’être exhaustive et marque encore le quotidien de bon nombre de femmes en entreprise. Ta mission, en tant que futur manager ou dirigeant, sera de tout mettre en œuvre pour lutter contre ces idées reçues et, surtout, y mettre fin. Car avec ta formation à l’IFAG, tu sais que la mixité et la parité sont des clés de performances 🔥.